Jean-Luc et moi avons intégré le spectacle en 1984 mais d’une manière pas tout à fait traditionnelle. En effet, après la découverte du spectacle en tant que spectateurs et être tombés totalement sous le charme de cette fresque historique, nous avons souhaité aider l’association mais en précisant que nous étions trop loin pour jouer dans le spectacle. Il nous a donc été proposé de nous occuper de la publicité sur le département de la Nièvre avec l’aide et le soutien de Monsieur Paul Guyot, le papa de Michel.

Quel bonheur d’avoir eu la chance de partager ce travail de publicité avec Monsieur Guyot père, de sillonner pendant plusieurs années les routes de la Nièvre pour y déposer des affiches et rencontrer les responsables de CE dont les contacts de l’époque nous avaient été fournis. C’était artisanal mais efficace, chacun connaissant parfaitement son rôle et ce sont des années que nous n’oublierons pas. Tout comme les adorables repas partagés avec Paul Guyot et sa charmante épouse qui restent à jamais dans nos cœurs.

Dans les tribunes avec Jean-Luc pour la première fois en 1984

Finalement, en plus des tournées de publicité, nous venions chaque semaine assister au spectacle et avons fini par nous faire remarquer par les placeurs (dont Cocotte Lavaux) et acteurs. Qui sont donc ces deux garçons présents chaque semaine, des passionnés, des fous ? Sans doute un peu les deux. Et de fil en aiguille, nous avons fini par nous faire kidnapper pour jouer sur le plateau (par l’inoubliable Bernadette Cielen) et nous sommes entrés dans l’équipe 9 dont Monique et Serge Guérin avaient la responsabilité avec l’aide de Michèle et Henri Chédeville. Ce furent de très belles années, et nous avons eu la chance de connaître l’incroyable année 1989 (l’année du bicentenaire de la révolution), un été exceptionnel avec une fréquentation incroyable de près de 100 000 spectateurs. C’était un vrai délire chaque soir de voir arriver ces milliers de gens que parfois nous ne savions même plus où placer alors que nous avions encore les deux tribunes métalliques.

Puis Serge et Monique ont arrêté leur participation au spectacle laissant leurs places de chefs à leur fille Carole (qui ne restera pas très longtemps car décédée malheureusement prématurément), ainsi qu’à moi toujours secondé par Henri et Michèle avec qui nous avons partagé de grands moments de rires et de complicités avec des pique-niques d’avant spectacle pantagruéliques. L’ambiance au sein de l’équipe comme actuellement était toujours bon enfant, familiale, amicale et solidaire. Le spectacle était réalisé avec sérieux mais toujours dans la bonne humeur et le respect de chacun.

Puis à leur tour Henri et Michèle ont quitté l’aventure et avec Jean-Luc nous nous sommes retrouvés à la tête de l’équipe 9 avec notre amie Véronique Doin. Presque au même moment nous avons hérité de la responsabilité de la caisse du samedi que nous avons toujours assurée avec beaucoup de joie car le contact direct avec le public est vivifiant, essentiel, et l’accueil doit être toujours parfait, c’est sans cesse notre priorité.

Les caissiers du samedi à leur poste !

Cette journée de samedi à la caisse demande évidemment beaucoup de concentration et d’énergie pour éviter la moindre erreur surtout lorsque la fréquentation est importante, mais ce contact avec les spectateurs est un moment privilégié où nous les sentons heureux et fébriles de découvrir notre spectacle qu’ils ne connaissent pas et dont ils n’imaginent même pas l’ampleur. D’ailleurs, en près de 30 années de caisse, nous avons bien sûr noté de nombreuses “perles” qui feront l’objet d’un futur article.

Néanmoins nous n’avons jamais cessé de faire énormément de publicité pour le spectacle, je suis la voix des radios depuis près de 30 ans également, je connais effectivement très bien mes interlocuteurs journalistes qui apprécient notre complicité de travail. Nous n’avons pas hésité à nous rendre à Paris à plusieurs reprises afin d’y inviter des artistes connus (avec qui nous avons depuis noué des liens d’amitié) qui font rayonner notre spectacle d’une manière extraordinaire et pour participer à des émissions de télévision pour la promotion de notre belle aventure. C’est un bonheur de faire connaître Saint-Fargeau.

Bien sûr, nous n’oublions pas, chaque soir de spectacle, l’immense bonheur de retrouver tous nos complices de l’équipe 9. Nous aimons profondément cette équipe où les différences de chacun font la force et l’unité de ce groupe incroyable. Jamais nous n’avons à élever la voix en étant autoritaire, tout se passe dans le calme, la confiance totale, chacun se prend en charge et sait ce qu’il a à faire sans que nous n’ayons besoin d’intervenir. Nous aimons très sincèrement tous les acteurs de ce groupe qui nous le rendent au centuple.

Merci à Paul et son épouse, merci à Michel et ses enfants pour cette incroyable aventure qui dure depuis 40 ans pour nous.

Patrick et Jean-Luc, Équipe 9